Sélectionner une page

Il est des sujets que l’on n’aborde pas avec un grand engouement mais au combien nécessaires tout au long d’une activité entrepreneuriale, la couverture santé en fait partie. Aperçu des différents points à maitriser lorsqu’on créé, ou reprend, une activité.

 

1er point : A quel régime j’appartiens ?

Au même titre que les autres travailleurs indépendants, l’auto-entrepreneur bénéficie du régime social des indépendants (R.S.I). Ce dernier paie des cotisations sociales en fonction de son chiffre d’affaires. Dans le cas où vous exercez une activité de micro-entrepreneur en complément d’une activité salariale, l’administration choisira la plus avantageuse pour vous.

2ème point : La mutuelle, droit ou devoir ?

Sachez que la mutuelle ou complémentaire santé, tout comme les antibiotiques, c’est pas automatique ! Cependant, il est fortement conseillé de souscrire un contrat chez une mutuelle car la protection sociale « de base » est faible et ne permet pas de rembourser à un pourcentage élevé vos frais médicaux. Le coût mensuel d’une mutuelle varie entre 20 et 80 euros par mois, en fonction de vos besoins et de votre santé actuelle.

3ème point : Et ma retraite dans tout ça ?

En effet, travailler c’est bien, mais cotiser c’est mieux ! Lors de la création de votre activité, l’URSSAF s’occupe de vous « mettre dans la bonne case » en terme d’organisme de retraite. De votre côté donc, aucune démarche supplémentaire à effectuer. Si vous exercez en tant que commerçant ou artisan, vous êtes à la caisse de retraite de la Sécurité Sociale des Indépendants. Si vous êtes libérale, c’est la CIPAV (Caisse Interprofessionnelle des Professions Libérales). Vous pouvez cumuler des trimestres de retraite dans vos deux activités si tel est le cas, à hauteur de 4 trimestres par an, pas plus.